ACCUEIL PRÉSENTATION CONTACT
Les Concepts Fondamentaux Dans Le Saint Coran - Harun Yahya
LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DANS
LE SAINT CORAN

Ô vous qui croyez! Si vous craignez Allah, Il vous accordera la faculté de discerner(entre le bien et le mal),vous effacera
vos mé faits et vous pardonnera.Et Allah est le Détenteur de l'énorme grâce.
(Al Anfal, 29)



L'idolâtrie

Shirk; le mot arabe utilisé pour l'idolâtrie signifie "adopter des partenaires/l'association".

Dans le Coran, pratiquer l'idolâtrie correspond au fait d'associer un autre être, une autre personne ou concept avec Allah, en les considérant comme égaux à Sa personne, et d'agir suivant cette croyance erronée.

Dans les traductions du Coran, l'idolâtrie est expliquée comme "associer un partenaire à Allah". Elle est décrite ainsi: "prendre un autre dieu à côté d'Allah" ou "adorer un autre dieu en dehors d'Allah".

Dans son sens le plus large, l'idolâtrie signifie l'adhérence à des principes et des valeurs, ou mener une vie d'un autre style que celle en accord avec les enseignements et les valeurs morales du Livre révélé. Quelqu'un adoptant de tels principes hisse tout simplement la personne ayant établi ces principes au niveau de partenaire d'Allah, quelle que puisse être la position de cette dernière: un membre de notre entourage, un ancêtre occupant une haute place dans la société, un membre ou un fondateur d'une idéologie, d'une philosophie ou leurs adeptes. Dans ce sens large de l'idolâtrie, une personne adhérente à une différente façon de vivre que celle du Livre révélé, pratique sans le savoir l'idolâtrie. Quelle que puisse être son appartenance religieuse, si elle s'oppose au livre divin dans ses pensées et jugements elle franchit alors le seuil du shirk, en admettant l'existence de quelqu'un d'autre qu'Allah pour diriger sa vie.

L'idolâtrie n'implique pas essentiellement la négation totale de l'existence d'Allah. Au contraire la majorité des "associateurs" refusent ouvertement de tels attributs ou titres. Néanmoins, peu scrupuleux dans leur conduite, ils se leurrent eux-mêmes tout au long de leur vie. Au Jour du jugement, ils rejetteront une fois de plus le fait d'être tombés dans un tel péché. Leur attitude nous est expliquée de cette façon dans ce verset du saint Coran:

Et le jour où Nous les rassemblerons tous puis dirons à ceux qui auront donné des associés: "Où sont donc vos associés que vous prétendiez?" Alors il ne leur restera comme excuse que de dire: "Par Allah notre Seigneur! Nous n'étions jamais des associateurs." Vois comment ils mentent à eux-mêmes! Et comment les abandonnent (les associés) qu'ils inventaient! (Al Anam, 22-24)

Il n'est pas nécessaire à un idolâtre de faire des déclarations pour être reconnu. Vous ne l'entendrez certainement pas dire: "J'ai pris cet être comme un dieu à côté d'Allah et je lui ai prêté serment d'allégeance." L'idolâtrie réside avant tout dans le cœur et se révèle ensuite par les mots et les actions. D'après le point de vue du Coran, préférer quelqu'un d'autre à Allah sous-entend cette attitude. Donner préférence à la volonté de quiconque plutôt qu'à celle d'Allah par exemple, craindre autre qu'Allah ou être attaché davantage à une personne sont des exemples d'idolâtrie décrits dans le Coran.

D'après ce que l'on vient de dire, il est clair que l'idolâtrie est le détournement du sentiment de l'amour pour Allah vers d'autres créatures. Le fort attachement pour les idoles est expliqué ainsi dans le saint Coran:

Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d'Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or les croyants sont les plus ardents en l'amour d'Allah. Quand les injustes verront le châtiment, ils sauront que la force tout entière est à Allah et qu'Allah est dur en châtiment! (Sourate Al Baqarah, 165)

Ce verset démontre clairement que "l'amour" adressé à des personnes qui ne le méritent pas est, en fait, la base de "l'adoration de quelqu'un d'autre qu'Allah", de la même façon que l'idolâtrie. Contrairement aux croyants, les non-croyants n'arrivent pas à maintenir une relation intime avec leur Créateur. Ils éprouvent de l'amour pour eux-mêmes ou les autres ou les deux et le partagent également parmi leurs pères, enfants, frères, époux, maîtresses, les gens qui les entourent, etc. De la même façon, ils éprouvent des sentiments pour des créatures inanimées, ou d'autres entités comme l'argent, les biens terrestres, maisons, voitures, titres mondains, prestige, etc.

Les attributs de supériorité et d'honneur de toutes les créatures ne sont que des reflets des attributs infinis d'Allah. Il est l'unique Détenteur de ces qualités et Il est ainsi le Seul envers qui nous devons faire preuve de véritable loyauté, dévotion et amour. Ressentir un attachement pour une chose ou une créature qui nous détourne d'Allah est comme le fait de Lui attribuer des associés.

Dans un autre verset, la parole du Prophète Ibrahim (que la paix soit sur lui) nous montre que les non-croyants ont choisi de délaisser Allah et qu'ils préfèrent les liens avec leurs idoles:

Et [Abraham] dit: "En effet, c'est pour cimenter des liens entre vous-mêmes dans la vie présente, que vous avez adopté des idoles, en dehors d'Allah. Ensuite, le Jour de la résurrection, les uns rejetteront les autres, et les uns maudiront les autres, tandis que vous aurez le Feu pour refuge et vous n'aurez pas de protecteurs." (Al Ankabout, 25)

La passion pour les femmes est l'exemple le plus frappant en ce qui concerne l'association à Allah au niveau de l'amour, que celle-ci soit son épouse, sa petite amie ou même une femme pour qui on éprouve des sentiments platoniques. Ainsi, si l'amour ressenti pour une femme détourne un homme d'Allah, lui fait voir celle-ci sur le même pied d'égalité ou même plus élevée qu'Allah, (qu'Allah nous en protège!) alors cela revient clairement à "Lui attribuer des associés". Une telle mentalité, pourtant considérée comme innocente par certaines sociétés, peut avoir de sérieuses conséquences auprès d'Allah.

Ce ne sont que des femelles qu'ils invoquent, en dehors de Lui. Et ce n'est qu'un diable rebelle qu'ils invoquent. (An Nissa, 117)

Ce point de vue est également vrai pour les femmes. Ce type d'amour, inacceptable aux yeux d'Allah, est pourtant encouragé dans nos sociétés modernes sous les termes innocents d'amour, sentimentalisme, romantisme. L'endoctrinement par le biais du romantisme - visant spécialement les jeunes - possède des effets dévastateurs sur les nouvelles générations. Il constitue certainement un grand obstacle pour le sain développement de l'esprit et de la conscience de la jeunesse. Comme résultat de cet endoctrinement, des générations dépourvues de compréhension voient le jour. Dans de telles circonstances, les membres de la société vivent dans une totale ignorance du but véritable de leur existence sur cette terre.

De telles personnes se contentent de suivre un système de vie ignorant, sans avoir la chance de connaître la véritable signification de l'amour et de la crainte d'Allah.

Une autre raison, pour quelqu'un, de tomber dans le shirk est la peur. De la même façon que l'amour, on devrait s'efforcer d'éprouver celle-ci uniquement pour Allah. Celui qui se met à craindre les créatures, leur attribue inconsciemment des pouvoirs individuels, ce qui peut être assimilé également à de l'idolâtrie. Allah dit:

"Ne prenez pas deux divinités. Il n'est qu'un Dieu unique. Donc, ne craignez que Moi." C'est à Lui qu'appartient ce qui et dans les cieux et sur la terre; c'est à Lui que l'obéissance perpétuelle est due. Craindriez-vous donc, d'autres qu'Allah? (An Nahl, 51-52)

Les non-croyants éprouvent une grande crainte pour les autres. Comme il est cité dans le Coran:

... voilà qu'une partie d'entre eux se mit à craindre les gens comme on craint Allah, ou même d'une crainte plus forte encore... (An Nissa, 77)

En plus du sentiment d'amour et de crainte, il existe des autres attitudes qui conduisent l'homme à l'idolâtrie.

Le fondement de l'idolâtrie réside dans la préférence d'une personne ou d'une chose à Allah. Par exemple, préférer l'approbation de quelqu'un à celle d'Allah, craindre quelqu'un de la même manière que l'on devrait Le craindre ou l'aimer comme on devrait L'aimer, ou encore faire en l'honneur d'une idole ce que l'on ne fait pas pour Allah, ou faire un sacrifice en dehors de Son approbation.

Une fois exposé les arguments précédents, ce serait certes une interprétation superficielle que de considérer l'idolâtrie comme le fait d'adorer des statues comme le pensent certains. Selon eux, l'idolâtrie a pris fin lorsque les idoles de la Ka'ba ont été brisées à l'époque où le message de l'Islam fut diffusé. Si cet argument était authentique, alors les centaines de versets prévenant les croyants contre l'idolâtrie, et fournissant une explication détaillée à ce sujet, ne concerneraient seulement que quelques tribus primitives de notre époque - jugement tout à fait contradictoire avec le contenu du Coran. Au contraire, celui-ci nous dit - et sa parole prévaudra jusqu'au Jour de la résurrection - qu'à chaque époque, les païens ont vécu côte à côte avec les croyants. Tel le verset suivant:

Revenez repentant vers Lui; craignez-Le, accomplissez la prière et ne soyez pas parmi les associateurs, parmi ceux qui ont divisé leur religion et sont devenus des sectes, chaque parti exultant de ce qu'il détenait. (Ar Roum, 31-32)

Comme ce verset le suggère, l'une des plus apparentes caractéristiques des sociétés polythéistes réside dans leur façon d'appréhender la véritable religion; elles rejettent certains commandements de la révélation en créant de cette façon des divisions. Les membres de ces sectes prétendent ensuite que chacun est dans le vrai et s'opposent les uns les autres. Cependant, il faut remarquer le fait qu'une simple déviation du Coran peut être considérée comme un ajout ou une altération de ce qu'Allah a révélé, et devient, de cette façon, une source de polythéisme.

Dans les versets suivants il est dit qu'aucune action des païens n'est acceptée par Allah; pas même leurs prières et adorations:

En effet, il t'a été révélé ainsi qu'à ceux qui t'ont précédé: "Si tu donnes des associés à Allah, ton œuvre sera certes vaine; et tu seras très certainement du nombre des perdants." (Az Zumar, 65)

Et ils assignent à Allah une part de ce qu'Il a Lui-même créé, en fait de récolte et de bestiaux, et ils disent: "Ceci est à Allah - selon leur prétention! - et ceci à nos divinités." Mais ce qui est pour leur divinité ne parvient pas à Allah, tandis que ce qui est pour Allah parvient à leurs divinités. Comme leur jugement est mauvais! (Al Anaam, 136)

Un croyant peut commettre différentes sortes de péchés mais il ne laissera pas naître en lui un sentiment de révolte ou de rébellion contre Allah. Ce qui rend le péché d'idolâtrie différent des autres est qu'il assigne un autre dieu avec Allah. Il forge de cette façon un mensonge contre Lui. Il devient de cette manière, une abomination et une preuve d'irrespect envers le Créateur.

En conséquence, Allah mentionne dans le Coran qu'Il pardonnera tous les péchés excepté l'idolâtrie:

Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. À part cela, Il pardonne à qui Il veut. Mais quiconque donne à Allah quelqu'associé commet un énorme péché. (An Nissa, 48)

Certes, Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne des associés. À part cela, Il pardonne à qui Il veut. Quiconque donne des associés à Allah s'égare, très loin dans l'égarement. (An Nissa, 116)

Ainsi dans de nombreux versets du Coran, Allah prévient les croyants contre l'idolâtrie et les décourage de ce péché abominable. Le Coran explique l'idolâtrie en détail:

Ô vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu'impureté … (At Tawbah, 28)

(Soyez) exclusivement [acquis à la religion] d'Allah, ne Lui associez rien; car quiconque associe à Allah, c'est comme s'il tombait du haut du ciel et que les oiseaux le happaient, ou que le vent le précipitait dans un abîme très profond. (Al Hajj, 31)

Et lorsque Louqman dit à son fils, tout en l'exhortant: "Ô mon fils, ne donne pas d'associé à Allah, car l'association à [Allah] est vraiment une injustice énorme." (Louqman, 13)

Dis: "Je suis en fait un être humain comme vous. Il m'a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique! Quiconque, donc espère rencontrer son Seigneur, qu'il fasse de bonnes actions et qu'il n'associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur." (Al Kahf, 110)

Le Prophète (que la paix et le salut soient sur lui) s'étant un jour montré au public, un homme vint lui dire:

- Ô Envoyé d'Allah! Qu'est-ce que la foi?

- C'est, répondit-il, de croire en Allah, à Ses Anges, à Son Livre, à Sa rencontre, à Ses Prophètes et à la résurrection.

- Ô Envoyé d'Allah! Qu'est-ce que l'Islam?, reprit l'homme.

- L'Islam, dit le Prophète, consiste à adorer Allah sans jamais Lui donner d'associés, à s'acquitter de la prière prescrite, à verser l'aumône légale , à jeûner le ramadan.*

Aucune créature, vivante ou non, utilisée pour le culte païen ne peut posséder des qualités en elle-même.

Allah explique dans le Coran que ces associés ne peuvent ni nuire, ni faire du bien (Younous, 18), ou créer aucune chose (Younous, 34; Al Araf, 191), de même que porter secours à quelqu'un ou à eux-mêmes (Al Araf, 192), et ne peuvent pas non plus guider sur le droit chemin (Younous, 35). Pourtant, les païens les ont adoptés comme idoles malgré leur faiblesse inhérente. La raison principale d'une telle attitude est le fait qu'Allah ait attribué quelques-uns de Ses attributs à ces créatures.

L'autorité, la souveraineté, l'honneur et la prospérité d'une personne, par exemple, en vérité, appartiennent à Allah. Cependant, Allah a attribué dans cette vie quelques-uns de Ses attributs à certains individus, en signe d'épreuve. Attribuer la puissance, les qualités, etc. à une personnalité humaine, et se mettre ensuite à la craindre, équivaut à associer des partenaires à Allah. Cette personne n'est ni un dieu, ni quelqu'un qui possède l'autonomie d'agir par lui-même. Arrivé à ce point, nous avons à peine besoin de mentionner qu'ils ne sont, en fait, que les simples produits de la propre imagination des autres comme mentionné dans le saint Coran:

C'est à Allah qu'appartient, ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. Que suivent donc ceux qui invoquent, en dehors d'Allah, (des divinités) qu'ils Lui associent? Ils ne suivent que la conjoncture et ne font que mentir. (Younous, 66)

Tôt ou tard, une personne qui adore un autre qu'Allah finira par regretter son erreur quand elle verra que ces associés ne possédaient aucune vertu par eux-mêmes. Ces associés, qu'elle préférait à Allah dans cette vie, seront une cause de chagrin immense dans l'Au-delà. Ils sont également la raison principale pour laquelle les mécréants ont pris Allah comme leur ennemi (qu'Allah nous en préserve!), Lui qui seul possède la force, l'honneur, la gloire et qui est également le Seul Protecteur. Au Jour du jugement, leur sort sera tel que le décrivent ces versets:

(Et rappelle-toi) le jour où Nous les rassemblerons tous. Puis, Nous dirons à ceux qui ont donné [à Allah] des associés: "À votre place, vous et vos associés." Nous les séparerons les uns des autres et leurs associés diront: "Ce n'est pas nous que vous adoriez. Allah suffit comme témoin entre nous et vous. En vérité nous étions indifférents à votre adoration." Là, chaque âme éprouvera (les conséquences de) ce qu'elle a précédemment accompli. Et ils seront ramenés vers Allah, leur vrai Maître; et leurs inventions (idoles) s'éloigneront d'eux. (Younous, 28-30)

Puis on leur dira: "Où sont ceux que vous associez à Allah?" "Ils se sont écartés de nous", diront-ils. "Ou plutôt, nous n'invoquions rien, auparavant." Ainsi Allah égare-t-Il les mécréants. (Al Ghafar, 73-74) Le Coran décrit la fin des faiseurs d'idoles de cette façon:

Puis quand ils virent notre rigueur ils dirent: "Nous croyons en Allah seul, et nous renions ce que nous Lui donnions comme associés." Mais leur croyance, au moment où ils eurent constaté Notre rigueur, ne leur profita point. Telle est la règle d'Allah envers Ses serviteurs dans le passé. Et c'est là que les mécréants se trouvèrent perdants. (Al Ghafar, 84-85)

L'épreuve (fitnah)

Comme en français ou d'autres langues, en arabe certains mots possèdent différents sens.

Le mot fitnah, synonyme d'épreuve, a plusieurs significations en arabe.

Fitnah est à l'origine le procédé par lequel l'or est purifié des impuretés. Ainsi, ce mot, dans le Coran, correspond aux épreuves à travers lesquelles les croyants sont séparés des mécréants et des hypocrites. Ces épreuves possèdent une caractère propre: elles peuvent être, ou non, une source d'égarement pour quelqu'un. En résumé, le fait qu'un individu puisse être guidé dans la rectitude, ou égaré durant ces épreuves, dépend entièrement de l'attitude qu'il assume vis-à-vis de la religion. La prière de Moïse (psl) correspond à cette sorte de fitnah:

Et Moïse choisit de son peuple soixante-dix hommes pour un rendez-vous avec Nous. Puis lorsqu'ils furent saisis par le tremblement (de terre), il dit: "Mon Seigneur, si Tu avais voulu, Tu les aurais détruits avant, et moi avec. Vas-Tu nous détruire pour ce que des sots d'entre nous ont fait? Ce n'est là qu'une épreuve de Toi, par laquelle Tu égares qui Tu veux, et guides qui Tu veux. Tu es notre maître. Pardonnes-nous et fais-nous miséricorde, car Tu es le Meilleur des pardonneurs." (Al A'raf, 155)

De nombreux versets nous font comprendre qu'ici-bas est un lieu d'épreuve et que les hommes seront certainement testés au sujet de leur croyance:

Est-ce que les gens pensent qu'on les laissera dire: "Nous croyons!", sans les éprouver? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; [Ainsi] Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. (Al Ankabout, 2-3)

Dans un autre verset, il est expliqué que les épreuves sont de deux types:

Toute âme doit goûter la mort. Nous vous éprouverons par le mal et par le bien [à titre] de tentation. Et c'est à Nous que vous serez ramenés. (Al Anbiya', 35)

Le fait que quelqu'un se conforme aux commandements d'Allah, bien que possédant des biens matériels et vivant à l'abri du besoin, est, en fait, un moyen de se rapprocher d'Allah. Par contre, s'il ne dépense pas ses biens en vue d'obtenir l'agrément d'Allah, ceux-ci risquent d'être une cause d'égarement. De cette façon il aura échoué à cette épreuve et "souffrira d'une perte manifeste" dans l'Au-delà.

De la même manière, un trouble, une difficulté, une maladie ou la perte de sa maison ou de sa famille peuvent être cités comme exemples d'épreuves que quelqu'un peut traverser. Sa réaction face à ces épreuves révèlera s'il est un véritable croyant ou non. En principe, aucun changement ne devrait intervenir dans l'attitude d'un croyant lorsqu'il est confronté à une telle épreuve. La rébellion, le désespoir ou la détresse éprouvés dans les épreuves indiquent que cette personne n'a pas une foi ferme. Un croyant est convaincu que chaque incident n'arrive que par la volonté d'Allah. De cette façon, il place toujours sa confiance en Lui et affronte les troubles les plus graves avec maturité. La perte d'un bien quelconque ne l'affecte jamais (complètement) car il ne laisse pas ses passions mondaines diriger sa personne. Ainsi, il sait que par cette attitude il peut plaire à Allah.

Fitnah: détournement de la voie droite

Allah nous a montré divers incidents qui révèlent l'attitude des non-croyants. Il existe quelques versets à ce sujet dans le saint Coran:

Ainsi, éprouvons-Nous (les gens) les uns par les autres, pour qu'ils disent: "Est-ce là ceux qu' Allah a favorisés parmi nous?" N'est-ce pas Allah qui sait le mieux lesquels sont reconnaissants? (Al Anaa'm, 53)

De même ce verset:

Nous n'avons envoyé, avant toi, ni Messager, ni Prophète qui n'ait récité (ce qui lui a été révélé) sans que le Diable n'ait essayé d'intervenir [pour semer le doute dans le cœur des gens au sujet] de sa récitation. Allah abroge ce que le Diable suggère, et Allah renforce Ses versets. Allah est Omniscient et Sage. Afin de faire, de ce que jette le Diable, une tentation pour ceux qui ont une maladie au cœur et ceux qui ont le cœur dur… Les injustes sont certes dans un schisme profond. (Al Hajj, 52-53)

Dans le verset suivant on voit que dans certains cas les biens sont attribués aux gens pour les tester:

Et ne tends point tes yeux vers ce que Nous avons donné, jouissance temporaire à certains groupes d'entre eux, comme décor de la vie présente, afin de les éprouver par cela. Ce qu'Allah fournit (au Paradis) est meilleur et plus durable. (Ta-Ha, 131)

Plus encore qu'un test pour la foi, ces épreuves ont été créées pour confondre la rébellion de certaines personnes, de même que pour dévoiler la vérité à leur sujet, comme on le voit dans le verset suivant:

Que leurs biens et leurs enfants ne t'émerveillent point. Allah ne veut par là que les châtier dans la vie présente, et que (les voir) rendre péniblement l'âme en état de mécréance. (At Tawbah, 55)

Il n'existe aucun autre recours pour les gens qu'Allah a égarés:

Qu'avez-vous à vous diviser en deux factions au sujet des hypocrites? Alors qu'Allah les a refoulés (dans leur infidélité) pour ce qu'ils ont acquis. Voulez-vous guider ceux qu'Allah égare? Et quiconque Allah égare, tu ne lui trouveras pas de chemin (pour le ramener). (An Nissa, 88)

L'égarement par la fitnah

D'après ce que nous venons de voir, nous nous apercevons que la fitnah, dans certains cas et certaines occasions, peut conduire les gens à s'égarer. Le Coran nous rappelle, fréquemment, les histoires des peuples du passé qui ont dévié. Par exemple, lorsque Moïse (psl) s'était éloigné (pour un temps) de son peuple, celui-ci suivit Samiri, qui avait fait une statue (en or) d'un veau et se mit à l'adorer. D'après les termes du Coran ils ont été "égarés":

Allah dit: "Nous avons mis ton peuple à l'épreuve après ton départ. Et le Samiri les a égarés." (Ta-Ha, 85)

Puis il en a fait sortir pour eux un veau, un corps à mugissement. Et ils ont dit: "C'est votre divinité et la divinité de Moïse; il a donc oublié!" Quoi! Ne voyaient-ils pas qu'il [le veau] ne leur rendait aucune parole et qu'il ne possédait aucun moyen de leur nuire ou de leur faire du bien? Certes, Aaron leur avait bien dit auparavant: "Ô mon peuple, vous êtes tombés dans la tentation (à cause du veau). Or, c'est le Tout-Miséricordieux qui est vraiment votre Seigneur. Suivez-moi donc et obéissez à mon commandement." (Ta-Ha, 88-90)

Un autre verset confirme le fait que la fitnah conduit les imprudents à l'égarement:

Tu verras et ils verront qui d'entre vous a perdu la raison. C'est ton Seigneur qui connaît mieux qui s'égare de Son chemin, et Il connaît mieux ceux qui suivent la bonne voie. (Al Qalam, 5-7)

La fitnah en tant que test

Grâce à l'attitude positive qu'il adopte au moment d'une fitnah, quelqu'un peut se rapprocher d'Allah. La fitnah est certainement un moyen par lequel un croyant peut faire preuve de sa persévérance et de sa confiance à Allah et qui lui permet d'acquérir une certaine maturité à Ses yeux.

Prenez par exemple, les campagnes dans le chemin d'Allah qui correspondent à des périodes de grandes épreuves. Quelles que puissent être les circonstances, les croyants font alors preuve de cette attitude expliquée dans le Coran:

Et quand les croyants virent les coalisés, ils dirent: "Voilà ce qu'Allah et Son Messager nous avaient promis; et Allah et Son Messager disaient la vérité." Et cela ne fit que croître leur soumission. (Al Ahzab, 22)

Certes ceux auxquels l'on disait: "Les gens se sont rassemblés contre vous, craignez-les" - cela accrut leur foi - et ils dirent: "Allah nous suffit; Il est notre meilleur Garant." (Al Imran, 173)

Aussi dure qu'une épreuve puisse être, les croyants s'efforcent toujours de se conduire d'une façon entraînant l'agrément d'Allah.

Par contre, ce qui paraît être de bon augure pour les croyants peut très bien devenir une cause d'égarement pour les non-croyants. Le verset ci-dessous met l'accent sur un autre test, concernant le nombre des anges en Enfer. Ce qui devient un sujet d'égarement pour les non-croyants, peut être porteur de bonnes nouvelles pour les croyants et même un moyen de fortifier leur foi.

Ils sont dix-neuf à y veiller. Nous n'avons assigné comme gardiens du Feu que des anges. Cependant, Nous n'en avons fixé le nombre que pour éprouver les mécréants, et aussi afin que ceux à qui le Livre a été apporté soient convaincus, et que croisse la foi de ceux qui croient, et que ceux à qui le Livre a été apporté et les croyants n'aient point de doute; et que pour ceux qui ont au cœur quelque maladie ainsi que les mécréants disent: "Qu'a donc voulu Allah par cette parabole?" C'est ainsi qu'Allah égare qui Il veut et guide qui Il veut. Nul ne connaît les armées de ton Seigneur, à part Lui. Et ce n'est là qu'un rappel pour les humains. (Al Moudatthir, 30-31)

L'effort entrepris pour induire les gens dans la fitnah

Certaines personnes concentrent tous leurs efforts pour faire dévier les croyants. Leur objectif principal est de leur faire adopter leur propre point de vue erroné, ainsi que leurs croyances. Le saint Coran nous informe que, tout au long de l'histoire, des assauts ont été portés, dans ce sens, à l'encontre de la majorité des croyants. Le but de toutes ces attaques est d'affaiblir le respect des injonctions contenues dans le saint Coran. Allah nous prévient du risque de tomber dans la fitnah, si les croyants se laissent induire (en erreur) par ce plan.

Ils ont failli te détourner de ce que Nous t'avions révélé, [dans l'espoir] qu'à la place de ceci, tu inventes quelque chose d'autre et (l'imputes) à Nous. Et alors, ils t'auraient pris pour ami intime. (Al Isra, 73)

Juge alors parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions et prends garde qu'ils ne tentent de t'éloigner d'une partie de ce qu'Allah t'a révélé. Et puis, s'ils refusent (le jugement révélé) sache qu'Allah veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers. (Al Maïdah, 49)

En vérité, vous et tout ce que vous adorez, ne pourrez tenter [personne], excepté celui qui sera brûlé dans la Fournaise. (As Saffat, 161-163)

Occasionner la fitnah

Dans la sourate Al Baqarah aux versets 191 et 217, Allah déclare la fitnah "pire que le meurtre". Pour avoir une meilleure compréhension de la fitnah en tant que délit, il serait utile d'examiner le cas de "tuer un homme", tel qu'il est décrit dans le saint Coran.

Quiconque tue intentionnellement un croyant, sa rétribution alors sera l'Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l'a frappé de Sa colère, l'a maudit et lui a préparé un énorme châtiment. (An Nissa, 93)

En fait ici fitnah a un autre sens qu'épreuve. Il est utilisé pour toutes les actions et les œuvres qui égarent l'homme.

Le Coran fait plus spécialement référence aux hypocrites comme sources de fitnah. Allah nous prévient de leurs nombreux agissements dans ce domaine; surtout lorsqu'ils essayent d'empêcher les croyants de partir en campagne (pour la guerre sainte), fomentent des plans contre les Messagers (pse) et les croyants, ou tentent de leur faire perdre le sens de leur responsabilité.

Les hypocrites interprètent faussement les versets du Livre sacré, ou plutôt déforment leur interprétation et se conforment seulement à ce qui les avantagent. Les croyants, au contraire, assument une attitude totalement différente; ils font preuve d'une complète soumission quelles que soient les circonstances.

À ce propos, L'Envoyé d'Allah (pssl) récita d'abord ce verset:

C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre: il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent: "Nous y croyons: tout est de la part de notre Seigneur!" Mais seuls les doués d'intelligence s'en rappellent. Et l'Envoyé d'Allah (pssl) dit encore: "Quand vous verrez ceux qui mettent l'accent sur les versets qui peuvent prêter à équivoque, il s'agira de ceux qu'Allah a désignés dans ce verset: prenez donc garde d'eux."*

La principale caractéristique des hypocrites est leur indulgence dans la fitnah. La version arabe du mot "hypocrite" est mounafik qui signifie "celui qui suscite une division". Diviser les croyants est une fitnah de même qu'un grave péché. Il existe des versets dans le Coran montrant les hypocrites essayant de semer la fitnah parmi les croyants.

S'ils étaient sortis avec vous, ils n'auraient fait qu'accroître votre trouble et jeter la dissension dans vos rangs, cherchant à créer la discorde entre vous. Et il y en a parmi vous qui les écoutent. Et Allah connaît bien les injustes. (At Tawbah, 47)

Et si une percée avait été faite sur eux par les flancs de la ville et qu'ensuite on leur avait demandé de renier leur foi, ils auraient accepté certes, et, n'auraient guère tardé. (Al Ahzab, 14)

Ils ont, auparavant, cherché à semer la discorde (dans vos rangs) et à embrouiller vos affaires jusqu'à ce que vint la vérité et triomphât le commandement d'Allah, en dépit de leur hostilité. (At Tawbah, 48)

Quand les plans des hypocrites cherchant à comploter contre les croyants et le Messager se trouvent dévoilés, ceux-ci essayent alors de justifier leur innocence, tentant de minimiser une telle traîtrise tout en redoutant encore davantage les croyants. Ils craignent un châtiment et se comportent malgré tout comme s'ils étaient innocents. Mieux encore, ils demandent aux croyants de ne pas les considérer comme les autres (hypocrites) et de pouvoir continuer leurs relations (avec eux).

Parmi eux, il en est qui disent: "Donne-moi la permission (de rester) et ne me mets pas en tentation." Or, c'est bien dans la tentation qu'ils sont tombés; l'Enfer est tout autour des mécréants. (At Tawbah, 49)

Mais ce verset nous montre que les hypocrites sont des menteurs et sont impliqués dans la fitnah, de la même façon que les autres. Allah prévient les croyants de ne pas se laisser tromper par leur ruse.

Finalement, les mécréants et les hypocrites auront à endurer le plus grand tourment dans l'Enfer en paiement de la fitnah qu'ils auront causée.

Goûtez à votre épreuve (punition); voici ce que vous cherchiez à hâter. (Ad Dariat, 14)

Les disputes parmi les croyants: une source de fitnah

La tyrannie domine la terre tant que les croyants ne s'offrent pas protection mutuelle. Ce fait est corroboré par le verset suivant:

Et ceux qui n'ont pas cru sont alliés les uns des autres. Si vous n'agissez pas ainsi [en rompant les liens avec les infidèles], il y aura discorde sur terre et grand désordre. (Al Anfal, 73)

Les croyants se conduisent eux-mêmes avec prudence, prenant soin de ne pas être induits dans aucun trouble susceptible de causer l'oppression. Comme mentionné dans le verset ci-dessus, le fait de laisser des disputes s'installer parmi les croyants peut être également une source d'oppression, auquel cas la responsabilité incombera également aux croyants. De véritables croyants, devront ainsi veiller à leur confort, soin et protection mutuels.

Les facteurs de fitnah

Dans le saint Coran, Allah, notre Créateur, nous informe en détail de la façon dont un homme devrait mener sa vie. Si quelqu'un suit ses propres désirs mondains, il est fort probable qu'il les considère, de même que ses propres ambitions, davantage que le bon plaisir d'Allah. Doté d'un tel état d'esprit, il risque certainement de faire preuve d'insouciance envers Allah et les bienfaits de l'Islam. Ainsi, il est à craindre qu'il ne respecte pas les limites qu'Allah a instaurées.

Allah rappelle souvent à l'homme que ce monde est un lieu de résidence temporaire et une source d'épreuve. Malgré cela, les gens persistent à le considérer comme une résidence éternelle et se détournent de l'Au-delà.

Quiconque refuse de considérer le saint Coran comme un guide nourrira certainement des ambitions mondaines. Il risque ainsi d'affronter de grandes souffrances dans les différentes étapes de sa vie courante. Les biens et les enfants sont également cités comme des sources de tentation dans le verset qui suit:

Vos biens et vos enfants ne sont qu'une tentation, alors qu'auprès d'Allah est une énorme récompense. (At Taghaboun, 15)

L'utilisation du mot "tentation" est ici, en vérité frappante. Prétendant ne pas comprendre leur véritable finalité dans cette vie, la plupart des gens se laisse généralement emporter par certains buts illusoires, les prenant pour des "nécessités (absolues) de la vie". Ils considèrent le mariage, le fait d'avoir des enfants et des biens comme étant la loi immuable de cette vie terrestre. La majorité d'entre eux fait preuve d'un grand intérêt pour le fait de se marier, d'avoir des biens et une descendance alors qu'en contrepartie, elle reste indifférente aux commandements d'Allah et à l'observation de Ses limites.

Le critère qui suscite le désir d'avoir des enfants nous est également démontré dans le saint Coran. En conséquence, on ne devrait pas agir avec cette intention simplement par coutume, mais davantage pour obtenir le contentement d'Allah. À ce sujet, l'invocation du Prophète Imran (psl) nous est donné comme exemple:

(Rappelle-toi) quand la femme d'Imran dit: "Seigneur, je t'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi, certes l'Audient et l'Omniscient." (Al Imran, 35)

Le saint Coran relate des prières semblables des Prophètes (pse) et indique ainsi aux croyants la véritable attitude (à suivre):

Alors, Zachazie pria son Seigneur, et dit: "Ô mon Seigneur, donne-moi, venant de Toi, une excellente descendance. Car Tu es Celui qui entend bien la prière." (Al Imran, 38)

Et également la prière d'Ibrahim (psl):

Notre Seigneur! Fais de nous Tes soumis, et de notre descendance une communauté soumise à Toi. Et montre-nous nos rites et accepte de nous le repentir. Car c'est Toi, certes l'Accueillant au repentir, le Miséricordieux. (Al Baqarah, 128)

Les biens, également, peuvent permettre à l'homme de bénéficier de la miséricorde d'Allah et du salut éternel à condition qu'ils soient utilisés pour la cause d'Allah. Dans le cas contraire, ils seront une fitnah. Plutôt que de rejeter les biens (de ce monde) les hommes devraient les considérer comme un moyen de se rappeler d'Allah.

Au sujet des richesses et des enfants, Allah donne d'autres avertissements aux croyants dans le saint Coran. Une vigilance constante est essentielle pour éviter cette fitnah.

Les enfants et les biens de ce monde, en aucune façon n'assurent le salut contre une fin désastreuse, tant qu'on ne s'en occupe pas dans l'intention de plaire à Allah.

Ô vous qui avez cru! Que ni vos biens, ni vos enfants ne vous distraient du rappel d'Allah. Et quiconque fait cela… alors ceux-là seront les perdants. (Al Mouafiquoun, 9)

Ni leurs biens, ni leurs enfants ne leur seront d'aucune utilité contre [la punition] d'Allah. Ce sont les gens du Feu où ils demeureront éternellement. (Al Moujadalah, 17)

Oppression, torture et accablement

L'oppression, la torture et le harcèlement sont également cités comme une fitnah dans le saint Coran.

Personne ne crut (au message) de Moïse, sauf un groupe de jeunes gens de son peuple, par crainte de représailles de Pharaon et de leurs notables. En vérité, Pharaon fut certes superbe sur terre et il fut du nombre des extravagants. (Jonas, 83)

Ceux qui font subir des épreuves aux croyants et aux croyantes, puis ne se repentent pas, auront le châtiment de l'Enfer et le supplice du Feu. (Al Bourouj, 10)

Juge alors parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions et prends garde qu'ils ne tentent de t'éloigner d'une partie de ce qu'Allah t'a révélé. Et puis, s'ils refusent (le jugement révélé) sache qu'Allah veut les affliger [ici-bas] pour une partie de leurs péchés. Beaucoup de gens, certes, sont des pervers. (Al Ma'idah, 49)

Le saint Coran considère aussi les situations de détresse, les désastres et les catastrophes comme fitnah (épreuves):

Ne voient-ils pas que chaque année on les éprouve une ou deux fois? Malgré cela, ils ne se repentent, ni ne se souviennent. (At Tawbah, 126)